Hier encore, c’était l’été – Julie de LESTRANGE

Non classé

Hier encore, c'était l'été

Titre : Hier encore, c’était l’été

Auteur : Julie de LESTRANGE

Editeur : Le Livre de Poche – Mazarine (éditeur originel)

Parution : 10/05/2017 (Livre de Poche) – 16/03/2016 (Mazarine)

Nombre de pages : 380

SAGA / One-Shot : Diptique (pas de tome)

Type de livre : Roman

Genre littéraire : Récit – Histoire de famille, relations trans-générationnelles

Synopsis : Alexandre, Marco et Sophie et les autres se connaissent depuis l’enfance. Ensemble, ils ont grandi, en toute insouciance en tout innocence. Mais, lorsqu’à vingt-ans, la vie les prend, la chute est brutale. En une décennie, cette jeunesse perdue mais pas désillusionnée va devoir se battre pour exister. A travers les drames subsistent alors l’amitié, les fous rires et les joies. Et l’amour qui les sauvera.

Tendre portrait d’une époque, Hier encore, c’était l’été est un roman optimiste qui accroche le cœur pour ne plus le lâcher. C’est l’histoire de nos guerres quotidiennes, de nos victoires et de nos peines. C’est surtout l’histoire de la vie et d’une bande d’amis dont on voudrait faire partie.

 

Et bien, cela n’a l’air pas si mal ^^ Et toi, tu veux connaître cette histoire ? Un conseil : fonce sur ce livre – tu n’en sortiras pas indemne.

 

   Par où commencer ??? Ce livre nous raconte l’histoire de deux familles qui vont se rencontrer, en vacances et leurs enfants vont grandir ensemble. On suit, dans un premier temps, le grand père qui aura connu la Seconde Guerre Mondiale, qui va rencontrer sa femme quelques temps après. Il faut lire le livre pour savoir comment ces deux familles vont se découvrir 😉 Nous allons suivre toute l’histoire de ces deux familles, et de leurs enfants car nous verrons que certains ont été très proche, et le seront encore peut-être encore aujourd’hui. Les péripéties de nos personnages sont assez ordinaires, mais il se trouve que certains passages de ce livre sont arrivés de manière simultanée dans ma lecture, et j’en vivais certains au moment même (que je lisais), où alors j’ai vécu certains événements comme les personnages (mais avant eux), ce qui est assez dingue quand vous prenez conscience de cela : les personnages, au moment de votre lecture, vivent la même chose que ce que vous êtes en train de vivre dans votre vie, ou alors que ce que vous avez déjà vécu. 

     Il y a beaucoup de personnages dans cette histoire, à commencer par les grands-parents, les parents et les enfants des deux familles : 3 générations se rencontrent dans ce livre, et nous voyons l’évolution de cette famille. C’est à partir de la 3ème génération, que l’on s’intéresse aux péripéties de nos personnages dans le détail : pour la plupart étudiants, ou entrant dans la vie active : nous allons suivre leurs aventures.

   Je ne sais pas si cela est un choix de l’autrice, mais elle s’est concentré sur seulement quelques personnages des deux familles. Vous comprendrez juste après, grâce à la manière dont a été écrit ce livre, mais on consacre beaucoup de chapitres à un personnage en particulier, et je n’ai pas encore compris pourquoi. Je me suis vraiment attaché à ce personnage, mais il a commencé à m’agacer à un moment du livre sauf que je pouvais totalement comprendre son attitude pour avoir quelque chose de très légèrement similaire. Un autre personnage, lié à ce dernier, m’a touché, en raison d’une péripétie qui lui arrive à environ 50 pages de la fin, et pour l’avoir déjà vécu : cela m’a beaucoup touché, et j’aurais aimé pouvoir lui parler moi-même.

    Tous les personnages ont leurs particularités, mais c’est un formidable travail de l’autrice, et je trouve cela fabuleux d’avoir réussi à créer tout cet univers.

     Ce livre est composé de deux parties. Ces parties sont réparties par année, comme par exemple l’année 2003 ou 2005 (il y a de grands distances temporelles entre chapitres, je pense que cela est voulu de la part de l’autrice). Il se trouve que son point de vue du est omniscient : elle est présente dans le récit, mais elle dénomme le personnage concerné dans le passage à la troisième personne : nous lecteur, sommes totalement spectateur de la vie des personnages. Cela nous permet, à mon sens, de prendre un certain recul au vu de certaines des péripéties que certains peuvent vivre, assez dur. Or, nous nous sentons aussi impuissant face à ce qu’ils leur arrivent. L’autrice a réussi à manier le point de vue du narrateur, pour faire ressentir une émotion au lecteur, comme s’il était à la place du personnage, mais la troisième personne nous rappelle que nous ne sommes que spectateur et non totalement acteur du livre (comme un livre écris à la première personne), et c’est en cela que je trouve que ce livre m’a fait ressentir beaucoup d’émotions : j’avais vraiment envie de réconforter certains des personnages, mais je ne le pouvais pas : j’étais totalement extérieure au livre. Malgré cela, nos personnages se relèveront, ensembles ou non, et c’est un sentiment commun à toute l’humanité qui les guérira et je trouve cela juste magnifique.

    Que dire à propos de ce livre, hormis que c’est une pépite !!! Au début, je n’en attendais pas plus que cela, mais les péripéties des personnages, leurs aventures, ma lecture n’était que de plus en plus meilleure au fil des pages (mais également en concordance avec ma vie, ce qui m’a bluffée). Je l’ai même prêté à quelqu’un, car je veux qu’elle se rende compte de la puissance et par rapport à l’anecdote que j’ai raconté précédemment. TOUT y est ! L’intrigue, des personnages haut en couleurs, du suspense, beaucoup d’émotion, des rires, des larmes : TOUT Y EST !

   Pour conclure cet article, je vous recommande chaudement ce livre, comme je l’ai dit dans ma phrase d’accroche : « tu n’en sortiras pas indemne » et c’est vrai : il m’a tout simplement transporté, et j’étais véritablement heureuse et soulagée de la fin de ce premier tome, mais résignée à cause d’un événement auquel tout le monde s’attend mais que l’on souhaite qu’il arrive le plus tard possible. Ce n’est pas un diptyque, car les deux tomes peuvent être lu indépendamment, mais je vous conseille de lire celui-ci avant le deuxième qui s’intitule Danser encore. Je n’avais qu’une hâte quand j’ai refermé ce livre : lire le deuxième !!! Je pense que je vais attendre la sortie poche du deuxième, car j’ai lu l’autre en poche, pour rester dans le même cadre de lecture (ah ah ^^).

    Je tiens à féliciter Julie de Lestrange pour ce livre, car c’est véritablement le livre que j’aurais aimé écrire

 

Moralité : « Ce n’est pas la réussite qui compte, mais le chemin qui compte : cet accomplissement n’en sera que plus beau. L’amour guérira tout.« 

 

 

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s